Fortune de Jean-Louis Louvel, combien pèse le roi de la palette ?

fortune de jean pierre louvel

Quelle est la fortune de Jean-Louis Louvel ? Nos entrepreneurs sont de véritables champions, et parmi eux, il y a Jean-Louis Louvel, le président fondateur de PGS. En 1993, il a créé une entreprise qui, grâce à son esprit innovant, est aujourd’hui le leader français de la fabrication de palettes. Plongez dans l’univers de cet entrepreneur passionné qui incarne parfaitement l’esprit de La French Fab.

Le créateur du PGS Group qui a été honoré du titre d’Entrepreneur de l’année 2023 dans la région Nord, une distinction décernée par EY lors de sa 31e édition. Ce prix reconnaît un parcours entrepreneurial de trois décennies qui a propulsé son entreprise au rang de leader européen dans le secteur des palettes. Il salue également l’engagement exemplaire de cet entrepreneur envers son territoire. Focus sur ce champion normand dont le parcours force le respect.

Jean-Louis Louvel, une fortune colossale grâce au Groupe PGS

Que ce soit dans l’industrie, le monde des start-up, les entreprises en difficulté, le secteur de la presse ou le rugby, Jean-Louis Louvel, fondateur de PGS avec  un chiffre d’affaires de 480 millions d’euros en 2022. La société emploie 850 salariés et a mis le cap sur le milliard d’euros. Si nous connaissons son chiffre d’affaire, la fortune de Jean-Pierre Louvel se chiffre à plusieurs dizaines de millions d’euros.

Lire :  Bruno Le Maire promet une réduction du déficit public français

fortune de jean louis louvel

Comment a t-il bati son empire ?

Ce fils d’ouvrier, ayant quitté l’école à l’âge de 16 ans sans ressources ni diplôme, son parcours l’a vu occuper diverses fonctions, allant du métier de pompiste à celui de tailleur de pierre, en passant par la vente de parfums aux marins du port du Havre peut aujourd’hui se targuer d’un atout indéniable : une détermination inébranlable à travailler encore plus dur. Jean-Louis Louvel, toujours à l’affût des besoins du marché et de sa clientèle, a initialement développé des agences locales pour le reconditionnement de palettes, mettant ainsi l’accent sur la proximité du service. Par la suite, il a élargi ses activités en se lançant dans la production de palettes. Il relate cette évolution en ces termes : « Nous sommes passés d’un métier basé sur le savoir-faire à un environnement industriel. »

Quelle est l’histoire de sa société ?

Tout débute en 1993, au sein d’un modeste atelier de 400 mètres carrés. À cette époque, le groupe PGS se concentre exclusivement sur la réparation de palettes en bois. Cependant, son expertise s’étend rapidement à l’échelle nationale, offrant des services de collecte, de rénovation et de livraison de palettes d’occasion dans toute la France. En 2001, le groupe PGS décide d’entrer sur le marché des palettes neuves en acquérant trois sites de production : Technipal Normandie, Technipal Bretagne et Technipal Champagne. Cette stratégie s’avère payante quelques années plus tard, lorsque le groupe PGS devient en 2009 le leader du secteur des palettes en France, avec des perspectives prometteuses pour devenir numéro un en Europe.

Lire :  Safe Superintelligence : un cofondateur d’OpenAI lance une IA

C’est ainsi que le groupe PGS est devenu une force mondiale dans l’industrie des palettes.

Un homme d’affaires investi dans sa région

Lorsque j’ai atteint la cinquantaine, j’ai décidé de redonner à ma région.

Et cette région, c’est la Normandie, à laquelle il est profondément attaché. Il a pris la présidence de l’agence de développement économique de Rouen, créé N’Factory, un incubateur destiné à accompagner les créateurs en 2015, et a sauvé le club de rugby de Rouen deux ans plus tard, malgré les doutes qui planaient, le ramenant avec succès en ProD2. Aujourd’hui, il nourrit l’espoir de voir un stade dédié un jour et même d’accéder au Top 14. En 2019, il a fondé N’Way, un club d’entrepreneurs dont les 140 membres sont également actionnaires par cooptation, dans le but de créer de la valeur pour la région. Malgré son emploi du temps chargé, il n’oublie jamais ses débuts, lorsqu’il portait encore le bleu de travail et que la main tendue n’était pas toujours au rendez-vous. En tant que PDG de PGS, il tient à témoigner régulièrement devant les jeunes pour leur montrer qu’il est possible de réussir et de faire fortune grâce au travail acharné.

Lire :  La fortune de Gabriel Attal : ce que vous ne saviez pas

Quelles sont ses passions et hobbies ?

Il est évident que l’entrepreneur a un grand amour pour le rugby, comme en témoignent ses nombreux posts sur Instagram. Par exemple, le Stade Rouennais qu’il a sauvé et dont il a été le président, a marqué l’histoire du rugby en Normandie, ce qui montre son attachement au sport. De plus, il a un intérêt marqué pour l’art, comme en atteste son profil Instagram. On peut y voir des photos de ses palettes transformées en œuvres d’art, démontrant ainsi une approche créative du recyclage. Il offre également une tribune à des artistes de sa région, comme le montre le post mettant en avant les œuvres de @dizaster et @dize156 au salon Art Up Rouen.

Pour ses 50 ans, il a reçu un cadeau exceptionnel de la part de ses collaborateurs : une sculpture en bronze de Jean Marc DE PAS, artiste normand, représentant une œuvre de Léonard de Vinci. Il aime aussi voyager et a exploré des destinations telles que New York aux États-Unis, Lisbonne au Portugal, Johannesburg en Afrique du Sud, ainsi qu’Avignon en Provence. Comme vous pouvez le constater, Jean-Louis Louvel sait profiter de sa fortune sans jamais tomber dans la démesure.

Le roi de la Palette a un site internet visible sur https://www.pgsgroup.com/

La rédaction

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Jamais de spams promis !