Bernard Arnault : un homme, parcours inspirant, on vous dit tout

Bernard Jean Étienne Arnault est un homme d’affaires et chef d’entreprise français très reconnu. Il eut un parcours professionnel parsemé de difficultés qui ne l’empêche pas d’être l’homme le plus riche de la France. Encore PDG de son entreprise, il prépare déjà la relève en positionnant ses enfants dans son groupe LVMH.

Bernard Arnault: une enfance des plus ordinaires?

Bernard naît à Roubaix dans le Hauts-de-France le 5 mars 1949. Il est le fils aîné de Léon Arnault, ingénieur et de Marie-Josèphe Savinel, fille d’un entrepreneur. Il a une sœur appelée Dominique qui eut une carrière de commissaire-priseur.

Pendant son enfance, Bernard apprit à jouer au piano grâce à sa mère. Sa grand-mère, qui l’a en majorité éduqué, lui apprit à embrasser une carrière dans l’économie. Il commence son instruction scolaire au Lycée de Roubaix et entre après au secondaire dans le Lycée Maxence-Van-der-Meersch de la même ville.

Bernard déménage ensuite à Lille où il fait son entrée en classes préparatoires au Lycée Faidherbe. Bien qu’étant admis pour entrer à l’École polytechnique en 1968, ce n’est qu’en 1969, qu’il réussit à effectuer son entrée. Il sort diplômé en 1971 et rejoint l’entreprise familiale, Ferret-Savinel spécialisée en BTP que son papa dirigeait.

La carrière professionnelle impressionnante de Bernard Arnault

Bernard Arnault

Bernard Arnault eut un parcours professionnel très plaisant. Après l’entreprise familiale, il a créé et investi dans plusieurs autres institutions. 

Parcours à Ferret-Savinel

Après son entrée dans l’entreprise de son père en 1971, Bernard Arnault fut l’artisan de la reconversion de l’entreprise dans l’immobilier.

  • 1974, il est directeur de la construction de l’entreprise ;
  • 1977, il en sera nommé directeur général en 1977 de Ferret-Savinel devenu Ferinel ;
  • 1978, il remplace son père en tant que propriétaire de l’entreprise ;
  • 1981, il part aux États-Unis où il fonde Férinel Inc.

Le jeune homme fait son retour en France en 1984 puis vend Férinel à la Générale des eaux en 1995.

Parcours à Christian Dior et au LVMH

En 1985, l’homme d’affaires devient le président-directeur du groupe Boussac auquel appartient Christian Dior. Il est ainsi le propriétaire du magasin Le Bon Marché, de Conforama et de Peaudouces. Il faut noter que le groupe appartenait aux frères Willot qui furent contraints de le céder à cause des difficultés économiques.

À son arrivée, le jeune homme réorganise l’entreprise en viabilisant ses plus grandes enseignes. Il investit une fortune dans la société et devient en 1987 l’homme le plus riche de la France. Avec huit milliards en bourse, il prend les rênes du groupe LVMH.

Plusieurs personnalités telles que Henry Racamier et Alain Chevalier deviennent dans les années 1980 des actionnaires du groupe. En 1989, Bernard est l’actionnaire majoritaire de LVMH évinçant ainsi Alain Chevalier. L’an 1990 est marqué par l’achat de Berluti, Kenzo, Gerlain, etc. par LVMH.

Qui sont les femmes de sa vie?

Bernard se marie dans un premier temps à Anne Dewavrin en 1973. De cette union, ont vu le jour Delphine en 1975 et Antoine en 1977. Le couple se sépare en 1990. Le riche homme se marie de nouveau en 1991 à Hélène Mercier avec qui il eut trois autres enfants. Il s’agit de Alexandre né en 1992, Frédéric né en 1995 et Jean né en 1998.

Dans le but d’offrir une bonne éducation à ses enfants, le milliardaire les inscrit dans des écoles de prestige. Par ailleurs, il s’assure lui-même que ces derniers ont fait leur devoir. Après leur formation scolaire, ils travaillent tous aujourd’hui dans l’entreprise familiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.